congres 2018Génération Identitaire attaque en justice un jeune dirigeant du PCF, la riposte politique s’organise !

Samedi 21 et dimanche 22 avril dernier, alors qu’une centaine de militants du groupe Génération identitaire se sont rendus au col de l’Echelle, dans les Hautes-Alpes, pour déployer des banderoles dans le but de «tenir » la frontière franco-italienne et démontrer ainsi leur hostilité à l’arrivée de migrants sur le sol français, Thomas Portes, jeune dirigeant du PCF82, a dénoncé sur le réseau social twitter cette opération aux relents nauséabonds.

Les militants de Génération identitaire, jamais cités dans ce tweet, ont décidé d’assigner en justice Thomas Portes pour injures publiques. Il comparaîtra devant le tribunal correctionnel de Paris le 20 septembre 2018.

Qu’ils s’en prennent à Thomas, jeune syndicaliste et jeune dirigeant du Parti communiste français n’est pas un hasard. Ils veulent faire taire les voix qui aujourd’hui s’élèvent pour dénoncer des comportements insupportables. Nous ne pouvons pas laisser faire !

Alors que partout en Europe, l’extrême droite et des démagogues des partis « attrape tout », surfant sur une instrumentalisation nauséabonde de la question migratoire avec une dérive xénophobe de plus en plus prégnante jusqu’à la constitution de gouvernements droite- extrême droite, le PCF82, en lien avec l’avocat de Thomas Portes, a décidé de mener la bataille politique. Aucune menace, qu’elle soit physique, juridique ou financière ne nous fera taire ! Le combat doit être mené sur le fond, dire la vérité et révéler le vrai visage de ceux qui propagent la haine.

Face à cette attaque juridique, la riposte politique s’organise. Le PCF82 vient de mettre en place un comité de soutien, qui rassemble actuellement plus de 900 noms (Jean-Luc Mélenchon, Pierre Laurent, Julien Bayou, Valérie Rabault, Sophie Binet, Robert Guédiguian, José Bové …) présidé par Catherine Philippe, secrétaire fédérale du PCF82, et Marie-Pierre Vieu, députée Européenne.

Dans les semaines à venir ce comité mettra en place des initiatives pour

dénoncer cette attaque judiciaire, et un grand moment fraternel et politique

sera organisé sur le stand du PCF82 lors de la fête de l’Humanité, les 14,15 et 16 septembre prochains.

 

                      Montauban, le 30 juillet 2018. Catherine Philippe, secrétaire départementale du PCF82

                                               et co-présidente du comité de soutien.

 

 

Pour une Europe solidaire

manifeste couverture

Non à la privatisation des barrages (explications...cliquez)

L info en continu en Isere Sud actualités météo isère sud faits divers Grenoble Voiron Vercors Chartreuse l Alpe d Huez Les Deux Alpes FCG GF38 Bruleurs de Loup Le Dauphiné Libéré Page 2

Barrage du Sautet - Le film de la manifestation du 8 avril 2018

film du sautet

Solidarité avec les cheminots en grève

Les réformes qui se succèdent à un rythme infernal ont toutes en commun la brutalité des attaques contre les services publics et le monde du travail.

 Les luttes dans des professions du secteur public comme du secteur privé grandissent sur l’ensemble du territoire. Elles appellent à l’unité la plus large des salariés, des privés d’emplois, des jeunes, des étudiants, des retraités, des citoyens pour porter le progrès social.

Les cheminots l’ont bien compris. Face à un gouvernement et une direction SNCF qui ont déclaré les hostilités et décidé d’en finir une fois pour toute avec le service public ferroviaire, ils se sont mis en ordre de marche pour gagner le rapport de force dans l’entreprise et la bataille de l’opinion publique.

 Lucides, sereins et déterminés, ils agissent non pas pour défendre le statu quo mais pour développer le service public ferroviaire, dans l’intérêt de tous, avec les moyens nécessaires à son bon fonctionnement.

 Nombreux sont celles et ceux qui expriment leur solidarité et leurs encouragements aux cheminot.e.s en lutte et qui souhaitent participer, avec leurs moyens, à la solidarité financière.

 Vous pouvez envoyer vos dons à :

Union Départementale CGT des Hautes-Alpes

30, rue David martin

05000 GAP

Chèques libellés à : CGT CHEMINOTS

 Fraternellement,

 Christian Schuller

UD CGT 05

Mon train j'y tiens

montrainjytiens

Dividendes CAC 40 : Oxfam et Basic dénoncent « des profits sans partage » (La Tribune)cac 40

Les entreprises du CAC 40 ont, en effet redistribué 67,4 % de leurs bénéfices en dividendes aux actionnaires contre 5,3 % à leurs salariés
Selon l’ONG et le Bureau d’analyse sociétale pour une information citoyenne, qui se fondent sur les résultats 2017 de ces sociétés, « les richesses n’ont jamais été aussi mal partagées au sein du CAC 40 entre ses différentes parties prenantes, PDG, actionnaires et les salariés ».

93 milliards d'euros de bénéfices, 1.300 milliards de chiffres d'affaires, les résultats des entreprises du CAC 40 en 2017 représentent la moitié du PIB français. Dans un rapport au vitriol, Oxfam et Basic, qui relèvent que leurs profits ont augmenté de 60 % depuis 2009, remarque que « ces gigantesques richesses créées ne sont pas équitablement partagées avec celles et ceux qui la créent : elles ont surtout bénéficié aux actionnaires et aux dirigeants de ces entreprises, plutôt qu'aux salariés ou aux contribuables ».

Lire la suite...

 

L'ONG et le Bureau d'analyse sociétale pour une information citoyenne leur reprochent même de nourrir « une spirale des inégalités » :

« Afin de maximiser leurs bénéfices et la rémunération de leurs actionnaires, les entreprises exercent une pression à la baisse sur les salaires au sein de leurs groupes et dans leurs chaînes d'approvisionnement et multiplient les techniques pour échapper à l'impôt, y compris en utilisant les paradis fiscaux pour des montages d'évasion fiscale. »

Deux tiers des bénéfices aux actionnaires

D'après Oxfam et Basic, les entreprises du CAC 40 ont, en effet redistribué 67,4 % de leurs bénéfices en dividendes aux actionnaires contre 5,3 % à leurs salariés. Plus de deux tiers des résultats étant affectés aux détenteurs d'actions, la baisse de l'investissement en est la conséquence directe. « Cela risque de fragiliser à terme la santé économique des entreprises françaises », écrivent les auteurs de l'étude.
En matière de rémunération, 2016 aura été marqué par des pdg qui gagnent, en moyenne, 257 fois le SMIC et 119 fois plus que la moyenne de leurs salariés. Parallèlement, les entreprises détiennent encore 1.454 filiales dans les paradis fiscaux. Aussi Oxfam exhorte-t-elle « le gouvernement français » à « partager plus équitablement les bénéfices entre les actionnaires et les salariés » et à « limiter les écarts de salaire au sein des entreprises ».

Des reportings publics pays par pays

Au-delà de tous ces chiffres, l'ONG espère que l'exécutif « réformera la gouvernance des entreprises de manière à rééquilibrer les prises de décisions en faveur des salariés et de l'intérêt général », à savoir augmenter la représentation des salariés dans les instances de décision, explorer les leviers pour inciter aux investissements de long terme, reconnaître d'autres finalités que la recherche du profit ou encore soutenir le changement transformationnel des chaînes d'approvisionnement.
Oxfam appelle, en même temps, à mettre un terme à l'évasion fiscale des multinationales avec des propositions connues : établir une liste crédible et objective des paradis fiscaux, ou encore mettre fin au « verrou de Bercy », c'est-à-dire que le ministère des Finances n'ait plus le monopole des poursuites relatives à des faits de fraude fiscale. Enfin, l'ONG rêve que les entreprises publient des reportings pays par pays pour « accroître la transparence fiscale ».