************************************************************************************************************************
COMMUNIQUE DE PRESSE
13h20, le 23 mars 2020.

Le PCF demande le confinement général et la mise à l’arrêt les secteurs
non indispensables (Fabien Roussel-PCF)

16 018 cas recensés, 1 746 cas graves et 674 décès, soit 112 morts
supplémentaires en seulement 24 heures... Le bilan en France de
l'épidémie de Covid-19 est terrible.
Son évolution rapide exige d'intensifier le confinement des populations,
premier rempart à la propagation de l’épidémie.

Les ministres Le Maire, Véran et Pénicaud demandent aux entreprises et à
leurs salarié-es de travailler. C'est inadmissible ! Airbus envisage de
réouvrir ses lignes de productions tandis que des entreprises du BTP ne
savent plus quoi faire ! Le gouvernement devrait concentrer ses efforts
sur la mobilisation des cliniques privées pour la prise en charge des
malades.

La seule solution pour stopper l'épidémie, freiner sa propagation, c'est
le confinement général. Pourtant 45 % des salarié-es sont aujourd'hui
contraint-es de travailler dans des secteurs non indispensables à la
gestion de l'urgence sanitaire.

Il est donc urgent que le gouvernement, en lien avec les organisations
syndicales et patronales, décide de mettre à l’arrêt des secteurs non
indispensables au fonctionnement du pays dans les conditions actuelles.
Cette décision ne peut pas relever du bon vouloir des employeurs.

Nous demandons le confinement général et le maintien des rémunérations
des salarié-es concerné-es par cette suspension et la prise en charge
des indépendants tel que les livreurs.

Pour les salarié-es actuellement en 1ere ligne, personnels soignants,
force de l'ordre et de sécurité, auxiliaires de santé, et autres
professions nécessaires au fonctionnement du pays dans cette période,
nous demandons toutes les mesures de protection et l'arrivée rapide de
matériel de protection (masques, gants, gel, ou encore désinfection des
locaux collectifs…).


Fabien Roussel, secrétaire national du PCF et député du Nord,

*******************************************************************************************

Coronavirus/crise sanitaire – Déclaration du PCF

Notre pays connaît une crise sanitaire majeure. La priorité doit être la mobilisation de la nation tout entière contre la pandémie et pour la protection de nos concitoyennes et concitoyens. Cela exige des mesures exceptionnelles. Les communistes entendent y prendre toute leur part.

Au vu des recommandations des autorités sanitaires et des professionnels de santé, le report du second tour des élections municipales est aujourd'hui incontournable. Cela doit, naturellement, se faire dans le respect du vote démocratique des électrices et électeurs, et des résultats acquis lors du premier tour, ce dimanche 15 mars. Comme ils l'ont toujours fait dans l'histoire lorsque l'essentiel était en jeu, les communistes et leurs élus se mettent à la disposition du pays. Pour contribuer à prendre toutes les mesures d'urgence sanitaire et économique qui s'imposent. Pour construire avec les citoyennes et les citoyens les solidarités indispensables pour faire face à la menace. Pour aider les professionnels de la santé et les agents du service public dans leurs missions essentielles. Pour cela, les communes et leurs 500 000 élus locaux seront en première ligne et joueront un rôle important. Partout, dans les heures qui viennent, les instances nationales, départementales et locales du PCF vont se concerter et prendre les dispositions exceptionnelles leur permettant de s'engager pleinement dans ce combat vital pour la France, pour l'humain, pour la planète. Le Parti communiste français propose, dans cet esprit, que se mette sans délai en place une instance, un Comité d'urgence nationale, où les forces politiques ainsi que les organisations syndicales et professionnelles se retrouveront. Car la gravité de la situation impose la transparence totale avec l'ensemble des forces vives du pays. Le Parlement doit aussi être réuni, sous des formes à définir, pour prendre les décisions exceptionnelles que la situation exigera. Dans les prochaines heures, le Parti communiste français contribuera à cette action commune en soumettant à la discussion ses propositions pour triompher de cette crise.

=====================================================================================

 

 

privatisation aéroport